Actus du BRAS

Rapprochement 0 : Retour d’expérience de fusion.

Dans l’après-midi du jeudi 14 janvier à Rennes avait lieu une rencontre/débat au sujet de la Fusion entre les 3 pôles ESS du Bassin de vie de Rennes : Brocéliande Richesses AssociativeS, Vallons Solidaires et Réso Solidaires. Ce rendez-vous était aussi l’occasion de rencontrer Bernat Giacomo qui sera en charge d’épauler les pôles d’Economie Sociale et Solidaire dans cette fusion.

Cet après-midi a débuté par la présentation des objectifs de la rencontre qui étaient de faire connaissance entre tous les pôles et leurs représentants, nourrir les réflexions de chacun par les expériences concrètes de quatre intervenants et enfin de contribuer à donner à chacun des repères avant de commencer quelque démarche que ce soit.

Parmi les intervenants nous avons pu découvrir l’expérience de Jean Pierre Prioul, Président d’Harmonie Mutuelle Ille et Vilaine. Monsieur Prioul a expliqué les différentes étapes qui ont permis aux sept mutuelles locales d’aller jusqu’à la fusion. La motivation vient tout d’abord de besoins concrets : la mutualisation d’un système informatique et le besoin d’une plus grande assise financière. Pour partager ces moyens, il y a d’abord eu la création d’une union puis ils se sont dirigés vers la fusion des différentes entités juridiques dans une nouvelle entité. Une réflexion sur la gouvernance et l’ancrage local fut menée et des délégués de territoire ont été créés. Harmonie mutuelle s’est créée par différentes fusions successives et elle est toujours en démarche de mise en commun de moyens.

Par la suite, Lucien Viel Président de SADAPH-Domicile action Rennes sud (Service d’Aide à Domicile pour l’Autonomie des Personnes Handicapées) nous a fait part de la tentative de fusion entre ASSIA Réseaux UNA (Association de Soin, de Services et d’Innovation pour l’Autonomie) et SADAPH. Cette tentative menée par les directions des 2 associations, fut rejetée dans un premier temps par les bénévoles de la SADAPH qui avaient peur d’être engloutis par ASSIA à cause de leur nombre plus important. Cependant les bénévoles avaient tout de même le désir de se rapprocher de l’autre association, c’est pourquoi un projet de fusion est aujourd’hui enclenché sur un mode plus participatif, associant les salariés, les bénéficiaires et les administrateurs.

Troisième intervenant ayant une expérience de fusion à partager était Mr Yves Arnaud de l’association Association Emplois familiaux (AEF). Cette association de service aux particuliers voulait fusionner avec une autre association du même acabit, Domi Services. Ils ont d’abord évalué leurs forces et leurs faiblesses et c’est en voulant contrer leurs faiblesses qu’ils ont pris la décision de fusionner. Néanmoins, ils y ont mis du temps car il fallait d’abord mutualiser toutes les informations notamment administratives et créer une culture commune à cette fusion.

La dernière expérience de fusion nous a été apportée par Laurent Givord président de l’association Brin de Soleil, née de la fusion de deux maisons de prison : Arc-en-ciel et Ty Tomm.  Le processus de fusion s’est fait au moment où une nouvelle maison de prison des femmes allait voir le jour. Les deux associations se connaissaient et étaient déjà associées dans une fédération, des réunions, des formations communes et elles faisaient également les mêmes demandes de subventions. Leur désir pour cette fusion était de créer une association unique pour une parole commune. Leur seule crainte était d’avoir une vie associative amoindrie. Pour Laurent Givord, les points négatifs sont la surcharge administrative qu’entraîne cette démarche et une perte du sentiment d’appartenance des bénévoles. En revanche, il constate une plus grande visibilité, plus d’aide entre les bénévoles, de nouvelles actions communes et une gestion financière plus simple.

Cet après-midi s’est terminé par une mise en commun concernant les atouts, remarques et enseignements tirés de ces témoignages ainsi que les craintes, interrogations et autres difficultés. Si la forme et les moyens concrets motivent souvent le lancement de telles démarches, on constate systématiquement que le fond du projet est le principal moteur. Les craintes d’éloignement de la décision, d’homogénéisation et de manque de réactivité sont elles aussi communes à toutes les démarches. Quels sont les enjeux et les projets des acteurs de l’ESS sur le Pays de Brocéliande ? Et peut-on les penser à une autre échelle ?

C’est un chantier qui s’ouvre pour notre association et pour lequel vous êtes attendus !

Plusieurs sessions de travail (avec les 3 pôles de développement de l’ESS) sont d’ailleurs prévues :

· Samedi 20 février – 9h-16h à la MFR de Messac (Rue des Prés Vonaud) + accessibilité en train (15 min à pied après)

· Vendredi 26 février – 14h – 23h à la Salle des fêtes d’Iffendic 

· Vendredi 11 mars – 14h-23h à Rennes 

· Vendredi 22 avril – 14h-23h à Rennes 

· Vendredi 20 mai – 14h-23h à la MFR de Baulon. 

 

Nous avons besoins de vous et souhaitons que chacun de vous puisse participer à plusieurs de ses séances.


Coopérative Jeunesse de Service, ça vous intéresse ?

Une coopérative jeunesse de service, mais qu’est-ce ? Ce n’est pas la première fois que nous vous en parlons ! mais là, cela se concrétise !

 

C’est une entreprise éphémère, sous forme coopérative, créée et gérée par des jeunes  de 16 à 18 ans. Le groupe se forme début juillet, définit son activité, sa stratégie de vente, son mode de gouvernance, la répartition du chiffre d’affaire…enfin tout !

C’est aussi un projet éducatif qui permet aux jeunes participants de se rapprocher du monde de l’entreprise, de comprendre son pouvoir d’agir et pour certains de trouver leur voix.

Pour que ce projet fonctionne au mieux, tant sur le plan économique qu’éducatif, il doit être bien entouré, pour cela se retrouve :

1 – L’entreprise tuteur : la coopérative d’activité et d’Emploi qui leur permet d’avoir un statut, des fiches de paies et un numéro de SIRET. Un-e entrepreneur-se de la CAE assure aussi le tutorat des jeunes.

2 – La structure jeunesse :  qui assure le tutorat sur l’aspect animation du groupe de jeunes.

3 – Le comité local : un petit groupe de personnes qui vont assurer les bonnes conditions d’implantation de la coopérative. Il est constitué d’un représentant de la CAE, du service jeunesse et d’entrepreneurs, d’élus ou de citoyens du territoire.

A l’initiative de la Mairie de Montfort sur Meu, nous montons cet été 2017 une coopérative jeunesse de service. Elan Créateur interviendra en tant que CAE et le BRAS animera le comité local. Celui-ci doit agir dès maintenant, pour faire connaître le projet. C’est pourquoi, il se réunira pour la première fois le 23 Janvier.

Ce projet vous intéresse ? Vous voulez vous investir pour l’éducation des jeunes à l’entrepreneuriat ? Contactez-nous !

Pour en savoir plus : Télécharger la plaquette ou aller voir sur le Site internet

 


Entreprendre en SCOP

Entreprendre à plusieurs, sous forme de société coopérative participative (SCOP ou SCIC) n’est pas une évidence. C’est pourtant une forme d’entreprise qui est très adaptée aux enjeux actuels :

  • Elle garantie le maintien des emplois sur les territoires, qui est aujourd’hui une priorité. Une étude réalisée par la CCI Bretagne en 2011, estime que plus de 7700 dirigeants de PME auront 60 ans d’ici 2020.
  • Elle implique un investissement dans l’outil de travail qui assure une meilleure résistance aux crises.
  • Le fait d’être à la fois salariés et dirigeants peut faciliter la mise en place d’une gouvernance transversale qui répond mieux aux attentes des nouvelles générations.

La loi Economie sociale et solidaire (ESS) 2014 permet une reprise facilitée des entreprises par leurs salariés avec des dispositifs spécifiques, ce qui permet le maintien de l’emploi sur le territoire.

lesscop-ouest-rvb logo-direccte cci logo_crma_ille-et-vilaine essai6

Le pôle de développement de l’ESS, en partenariat avec l’Union Régionale des SCOP -URSCOP- et l’Antenne 3C, vous invite à découvrir à travers des témoignages de dirigeants de SCOP et des apports des spécialistes de l’URSCOP, ces formes d’entreprises :

Jeudi 12 Janvier, 20h30 – salle des Chantous, Montfort sur Meu


Découverte de l’ESS

Vous souhaitez en savoir plus sur l’économie sociale et solidaire ? Vous souhaitez débattre de sujets d’actualités ?

  • Organisations de visites d’entreprises d’ESS
  • Organisation de débats
  • Organisation de formations « Découverte de l’ESS » en partenariat avec les pôles ESS de Bretagne et la Chambre Régionale d’ESS de Bretagne.

N’hésitez pas à nous contacter !

02 99 06 32 45

coordination@broceliande-richesses-associatives.org


Formations aux associations

Nous proposons chaque année un programme de formations aux associations en partenariat avec les pôles de Rennes et Vallons de Vilaine.

Des formations spécialement conçues pour les bénévoles, pour mieux penser leur développement et à la conduite efficace de leurs actions.

Dirigeant ou bénévole d’une association? Ces formations sont organisées pour vous !

bandeaux2016

Favoriser les échanges entre associations, renforcer vos savoirs et vos compétences pour vous aider dans les actions que vous menez au quotidien, tel est l’objectif de ces formations. Animées par des professionnels, ces formations sont aussi l’occasion de rencontres entre associations du territoire.

Ces rendez-vous de 3 à 7 heures vous permettront de vous créer un vaste réseau associatif sur votre territoire et de donner davantage d’ampleur à vos actions.

Ces ateliers sont ouverts à tous. L’adhésion à Vallons Solidaires ou au BRAS vous sera demandée ainsi qu’une participation de 5€ par atelier. Vous pouvez venir à une ou plusieurs séances. Vous pouvez venir seul ou à plusieurs d’une même association, que vous soyez bénévoles, membres du Conseil d’administration ou du Bureau… Venez partager vos expériences et vos pratiques !

plaquette_formations_2017 en construction !