Actus du réseau

FDVA 2018 : soutien au développement de la vie associative

Un nouveau fonds pour soutenir les associations

L’Etat contribue au développement de la vie associative par un soutien financier aux associations dans le cadre du fonds pour le développement de la vie associative (FDVA). Cette subvention accordée à des associations (loi du 1er juillet 1901), comporte depuis juin 2018 deux nouveaux volets pour soutenir :

  • le fonctionnement de projets associatifs ;
  • la mise en œuvre de projets innovants ;

Sont éligibles, les associations loi 1901 de tout secteur répondant au tronc commun d’agrément fixé par la loi du 12 avril 2000 avec :

  •  un objet d’intérêt général ;
  •  une gouvernance démocratique (réunion régulière et renouvellement des instances) ;
  •  une transparence financière ;

Et respectant la liberté de conscience et ne proposent pas d’actions à visée communautariste ou sectaire.

1- Associations ayant un siège social dans le département d’Ille-et-Vilaine avec :

  •  un numéro RNA (Registre National des Associations, cf greffe des associations)
  •  un numéro SIRET (cf INSEE)
  •  une activité depuis au moins un an (à minima, un premier compte-rendu d’activités voté en Assemblée Générale)

2- Établissements secondaires d’une association nationale, domiciliés en Ille-et-Vilaine disposant d’un numéro de SIRET et d’un compte bancaire séparé.

Les associations sollicitant une aide pour un projet inter-départemental sont invitées à :

  •  le préciser dans l’intitulé du projet : « projet inter-départemental »
  •  le déposer auprès de la DDCS(PP) de leur siège social
Une priorité sera donnée aux associations fonctionnant uniquement avec des bénévoles ou avec 2 ETP maximum

Toutes les Informations ICI


Le Broc’, une culture enchantée : panier culturel en Brocéliande.

Un collectif d’acteurs locaux (associations, médiathèque, bénévoles) a décidé de mettre en place un panier culturel afin de soutenir et diffuser la création artistique en Brocéliande. Sur le principe d’un panier AMAP, le Broc’ (la culture enchantée) est un panier d’œuvres originales et variées : places de spectacles, livres, CD, créations… qui contiendra au minimum 4 éléments.

La composition du Broc’ n’est divulguée que lors d’une soirée de remise et de rencontres avec les artistes et associations du panier. Il en est prévu déjà 2 en 2018 : la première aura lieu le vendredi 30 mars à 19h00 à la médiathèque de Monterfil.

Le coût d’un Broc’ est de 35 €. La recette revient exclusivement aux artistes et structures culturelles du panier.

Pour l’achat du premier panier, vous pourrez suivre le lien jusqu’au 15 Mars https://www.helloasso.com/associations/ajcl-culture-box/evenements/le-broc-1

ou vous adresser à la médiathèque de Monterfil le mercredi après-midi de 15h00 à 18h00.
02 99 07 95 35, bibliothequemonterfil@orange.fr

Belles découvertes à tous !


Arrête ton Cirque recherche des bénévoles

TRAMM TRADADAMM… Oyé oyé cher.e.s vous, le festival Arrête ton Cirque RECRUTE… des BÉNÉVOLES ! N’hésitez pas à partager en tous sens, auprès de tous les copains, que le plus de monde voit cette annonce et puisse rejoindre l’aventure ! Mille mercis et à bientôt


Lancement de l’initiative French Impact

Jeudi 18 janvier a été présenté le dispositif d’accélération d’innovation sociale au Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire : French Impact. Pour soutenir l’économie sociale et solidaire et parvenir à un changement d’échelle des initiatives territoriales, la mesure prévoit la mobilisation d’un milliard d’euros sur cinq ans, une labellisation des structures d’accompagnement et des territoires innovants, un appel à projets « pionniers », une plateforme digitale et le déploiement du dispositif au niveau national. (le labo de l’ESS)

L’appel à projets « Pionniers French Impact », s’adressant aux pionniers de l’Accélérateur National d’Innovation Sociale (AIS) a été lancé dans ce cadre par le Haut-Commissariat à l’Economie Sociale et Solidaire et à l’Innovation Sociale, avec la Caisse des Dépôts. Transition écologique, réussite éducative, économie inclusive, cohésion des territoires, autonomie… cet appel à projet est axé sur les grands défis de notre société. Pour en savoir Plus.

Les dossiers de candidatures devront être déposés sous format dématérialisé au plus tard le 26 février 2018 à 12h.

Affaire à Suivre !


St Pern : Reprise du Bar par la commune

Le 18 décembre, plus de 40 personnes avaient répondus à l’invitaton de la mairie de St Pern, pour réfléchir à l’avenir du bar.

En effet la commune a fait l’acquisition du lieu et souhaite associer la population pour en définir son utilisation. Le BRAS est intervenu pour animer cette rencontre, qui a permis de soulever les premières attentes de la population : des envies pour le moment, qui seront étudiées pour devenir si possible des activités !

La volonté d’en faire un lieu ouvert à tous, de rencontres et de partage sur St Pern est largement partagé. La cohérence globale avec les autres services présents sur la commune n’est pas oubliée. L’activité commerciale portée sur le lieu sera un support pour atteindre cet objectif.

Les questions du statut, de comment s’organiser, de l’investissement des habitants ont été soulevées et le statut de « Société Coopérative d’Intérêt Collectif » a été évoqué.

Beau projet et Affaire à suivre !


L’eau en Bretagne : La Région à l’animation de la gestion et de la protection des ressources d’eau

Il était moins une !
Quelques jours avant le changement de gouvernement, le Premier Ministre a signé un décret confiant à la Région Bretagne « les missions d’animation et de concertation dans le domaine de la gestion et de la protection de la ressource en eau et des milieux aquatiques« .
Sempiternelle revendication des élus régionaux, ce pilotage de la politique de l’eau a été rendu possible depuis la loi NOTRe du 7 août 2015.

Événement qui intervient alors qu’Eaux et Rivières de Bretagne réalisait récemment un article sur la pollution aux nitrates de nos eaux.
« Longtemps à l’agonie, les eaux bretonnes sont aujourd’hui toujours malades des nitrates. Alors que les rivières fournissent aux bretons 80 % de l’eau des robinets, on a méprisé l’eau, on l’a souillée…
L’Etat, les élus locaux, plutôt que de lutter contre cette pollution, ont laissé croire qu’en abandonnant les captages pollués, en allant chercher de l’eau toujours plus loin ou plus profond, en traitant l’eau dans de coûteuses usines de « dénitratation », le problème serait réglé.
Les nitrates rejetés en Bretagne proviennent à 94 % de l’agriculture (engrais minéraux et effluents d’élevages), le reste étant réparti entre les rejets domestiques et les effluents industriels.
S’il est bon ton aujourd’hui, de saluer l’inversion de la courbe des nitrates en Bretagne, il faut cependant observer que notre région demeure encore la plus contaminée parmi toutes celles du bassin Loire Bretagne. »

Au moment où les algues vertes repartent de plus belle sur nos côtes et que la contamination par les pesticides atteint des sommets, tandis que les nappes phréatique de l’hexagone sont de plus en plus vides, alors que les prévisions sur l’eau potable mondiale sont de plus en plus inquiétantes, bon courage à la région Bretagne pour un exercice efficace de cette nouvelle compétence !